Rando-caching à Briançon


 France Geocaching

Salut tout le monde ! Après une première incursion à Briançon l’an dernier, j’ai décidé d’y retourner cette année tellement j’avais aimé. S’évader et se changer les idées, loin des polémiques et râleries humaines… Encore une occasion de faire de superbes randonnées en montagne avec bien sûr quelques caches sur les sommets ! je suis très heureux de pouvoir enfin loguer le « Le Challenge des Altitudes #3 : L’Apprenti Guide » de Gathzar (4 caches à +3000m). Quelques photos qui parlent d’elles-mêmes…

Cliquez sur les titres pour accéder à la cache.

Thabor (3178m)

La randonnée la plus exigeante mais aussi la plus belle et variée de la semaine : 4H de montée d’abord dans les alpages et le long de jolis lacs jusqu’au col des Muandes, puis dans un environnement minéral, entre crêtes, pierriers et névés. Fatiguant mais une belle récompense à la fin !

Au Col des Muandes..

Vue sur le Thabor du col… La cache est en haut de la montagne marron.

Pointe des Cerces (3098m)

Une rando facile en partant de Plan-Lachat, 2H30 en passant par le lac des Cerces. Une inscription qui pousse à la réflexion au sommet : « Je vaux ce que je veux », bien plus intéressante que « parce que je le vaux bien » ;-) Ensuite, une bonne boucle à faire à la descente en passant par 3 lacs.

Lac des Cerces…

Lac du Grand Ban…

Roc Termier (3078m) DNF !

Un magnifique DNF en haut du Roc (enfin, plutôt un « Can not reach » !) un peu technique, mais la boîte n’étant que la cerise sur le sommet, une superbe ascension de 4H, en partant du Pont de l’Alp, Col de la Ponsonnière, etc.

Grand Lac…

Vue d’en haut ou presque… la nature du terrain sous mes pieds ne m’a pas mis en confiance !

Punta Nera(3046m) et Grand Argentier (3042m)

Une belle ascension de 4H que j’ai commencé côté italien (Bardonecchia) et fini en France ! Suivant une ancienne route militaire jusqu’à une caserne puis vers le col de la Roue. Les sommets sont atteignables dans des pierriers un peu pentus, mais se balader ensuite sur la crête finale est très agréable. Et 2 caches pour le prix d’une à +3000 m !

L’ancienne caserne…

La crête…

 

Chaberton (3131m)

Le Mont Chaberton, accessible et très proche de Briançon se fait très bien en 3H, et surtout offre une belle découverte sur une plateforme au sommet avec d’anciennes batteries militaires.

Le col et le sommet…

Vue de la plateforme…

Les anciens bâtiments…

Bref, une semaine loin de l’ennui, proche du paradis… Peu de caches loguées au final, mais le score n’étant pas une finalité, aucune compétition à voir dans ce jeu : Etre incité à aller à des endroits pareils me suffit largement !

Voir aussi Rando-caching dans les Pyrénées Catalanes, randonnées dans le Queyras

Comment (ne pas) ennuyer votre reviewer, par The Publisher


France Geocaching

Salut les géocacheurs et géocacheuses !

Il y a quelques jours, j’ai eu l’agréable surprise d’être contacté spontanément par un de nos nouveaux reviewers, The Publisher. Il souhaitait diffuser quelques informations pour faciliter la communication entre joueurs et reviewers, je ne peux qu’encourager ce genre d’initiative car il y en a vraiment besoin.

Note : Cet article n’engage que lui, et ne reflète pas forcément mes opinions personnelles, mais j’ai choisi de le diffuser pour une meilleure compréhension mutuelle dans la communauté. Il y a tellement de situations très différentes, et que je ne comprends pas toujours, que je ne porterai pas de jugement global.

La parole à The Publisher…

Avant-Propos

Cet article propose la traduction de l’excellent billet de blog écrit par Dick Nielson, reviewer aux États-Unis. Il propose dans cet article, de manière humoristique, comment éviter d’ennuyer la personne qui révise bénévolement vos caches soumises à la publication. Dans cet article, je propose donc la traduction de cette liste d’items, que j’ai trouvée très intéressante, et je propose également à la fin quelques éléments de discussion. L’article étant écrit en 2011, certains éléments ne sont plus d’actualité ou discutables avec les modifications du site ou des guidelines.

L’article original peut être retrouvé sur le blog de Dick Nielson (cliquer ici pour voir l’original). Merci encore à lui de me permettre de traduire cet article.

Comment ennuyer votre reviewer en 10 points ?

Dans cette partie de l’article, l’utilisation du ‘je’ se réfère à l’auteur de l’article original, à savoir Dick Nielson.

10 – Le reviewer triche

J’avais l’habitude de résoudre des caches mystères, c’était fun et j’aimais dire : « J’ai trouvé cette cache diabolique et j’ai résolu seul l’énigme ». Quand les gens ont découvert que j’étais reviewer, j’ai reçu quelques messages m’accusant de tricher pour résoudre la cache mystère. C’est tellement dur et je suis tellement idiot que je n’aurais pas pu la résoudre moi-même …

Ceci m’a enlevé l’aspect fun de résoudre des mysteries. J’en ai résolu un certain nombre et j’irai un jour ou l’autre les chercher, mais je ne sais pas quand.

D’autres pensent également que je donne l’emplacement de caches mystères. Je ne l’ai jamais fait et je ne compte pas le faire. On m’a proposé de l’argent et des repas, sous forme de plaisanteries durant les events, mais je n’ai jamais révélé l’emplacement d’une cache.

The Publisher: Si vous voulez connaître l’emplacement d’une cache, me contacter et prévoir un virement ou un chèque.

9 – En voyage de X vers Y, j’ai trouvé que cet endroit serait parfait pour une cache

Voici comment je me charge de ces cas. Quand je demande comment les maintenances seront réalisées, j’ai souvent la réponse : « j’archiverai la cache s’il y a des soucis ». C’est à ce moment là que je sais qu’il y a un problème. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne et c’est pour ça que nous ne voulons pas de caches de vacances. Parce que c’est généralement une cache qui ne sera pas maintenue, qui est vouée à disparaître.

Voici un exemple où ce fut pire que cela :

  • Cache Owner (CO) : Alice & Bob vont s’occuper de la maintenance pour moi.
  • Moi : Désolé, mais votre cache est trop proche d’une autre.
  • CO : Je ne peux pas la déplacer, j’habite trop loin. S’il-vous plaît, publiez la !
  • Moi : Alice & Bob ne peuvent pas déplacer la cache ?
  • CO : Ils n’habitent pas non plus à côté.
  • Moi : Je suis désolé, mais si personne ne peut la déplacer, personne ne peut non plus la maintenir …

Et la conversation s’aggrave …

  • CO : Mais j’ai 3 TB dans cette boite, ils seront perdus à jamais !

The Publisher: Poser une cache de vacances, c’est possible ! Mais il faut nous donner les coordonnées (adresse mail et localisation) d’une personne qui peut assurer la maintenance pour vous. Indiquez le dans une reviewer note avant de soumettre votre cache ! Cette personne peut ne pas pratiquer le geocaching, tant qu’elle est joignable par mail, cela nous convient.

8 – J’ai 20/30/40 caches ou plus à publier pour demain, les voici !

Ça n’arrive pas souvent, mais de temps à autre, je reçois un grand nombre de caches à publier pour un rassemblement ou pour une autre raison. Parfois, cette « autre raison » nécessite que la publication soit effective dans les 12 heures. Petite remarque aux géocacheurs : cela prend du temps et vous n’êtes pas le seul poseur dans la région. Pourquoi les autres devraient attendre à cause de vous ? Il nous faut du temps, prévoyez large !

Il y a également les caches qui doivent être publiées à une date en particulier. Il peut s’agir de caches pour un event ou un anniversaire par exemple. Souvent, les gens ne regardent pas leurs mails, où je leur indique qu’il y a un problème. Et quand ils se rendent compte que la cache n’est pas publiée, il est trop tard. Conclusion : lisez vos mails !

7 – Je dois être le meilleur ami du reviewer, à tout prix

Ne m’appelez pas, ne toquez pas à ma porte (sauf si c’est pour trouver la cache qui s’y trouve). J’aime bien le geocaching et les géocacheurs. Mais il y a des limites. Quand je suis au camp de scout, je me concentre au scoutisme, pareil quand je fais des courses ou quand je suis avec ma famille. Bien que je vous le concède, je fais du géocaching avec ma famille !

Ne devenez pas mes amis sur tous les réseaux sociaux en mentionnant tout le temps le geocaching. Si je poste une photo de mon chien, c’est juste pour le fun, vraiment. Si je suis en train de manger, ne me demandez pas si mon assiette est une cache. Si j’ajoute une photo sur le scoutisme, il y a de grandes chances que ça n’ait aucun rapport avec le géocaching. J’aime parler de geocaching, quand cela est approprié. J’aime aussi la photographie, et j’adore conjuguer mes géo-balades avec la photographie. Cependant, ça devient vraiment bizarre quand vous ne faites que parler que de géocaching.

Ne lisez pas tous mes logs, ne regardez pas toutes mes photos sur le site geocaching.com, et ne me suivez pas en ville. Les injonctions d’éloignements sont difficiles à avoir :-)

6 – Se mettre en colère à cause des waypoints cachés, des caches premium ou de la saturation

Je n’ai pas placé la cache multi qui occupe l’ensemble du parc ou la cache premium dont vous n’êtes pas au courant. Je n’ai pas placé votre cache à moins de 161 mètres d’une autre alors que cela est clairement indiqué sur le site. Ça m’attriste quand cela arrive, vraiment. Surtout quand il s’agit de nouveaux poseurs. Cependant, il y a des règles et je dois les respecter. Si je publiais toutes les caches soumises, je ne doute pas que Groundspeak chercherait quelqu’un d’autre pour me remplacer ;-)

The Publisher: Attention, la carte sur le site officiel, qui vous propose une vue où vous pouvez visualiser si telle ou telle zone est libre, n’est pas complète. En effet, cette carte n’affiche pas les waypoints cachés, les emplacements finaux des mysteries, etc. Il est donc possible qu’un emplacement soit considéré comme libre a priori, alors qu’il ne l’est pas !

5 – Une longue liste de coordonnées à vérifier

Vous ne le savez peut-être pas, mais vérifier que des coordonnées sont valides prend énormément de temps. Vérifier un ou deux emplacements est raisonnable. Mais vérifier 20 coordonnées est gonflant. Je n’ai pas de formule magique pour le faire. Ceci étant dit, cela pourrait être une bonne idée :-)

Pour nous faciliter la tâche, vous pouvez créer une cache, sur laquelle vous ajouterez des waypoints additionnels physiques correspondant aux coordonnées à vérifier. À ce niveau là, il n’est pas nécessaire de soumettre la cache à la publication. Envoyez-nous le code GC ou le lien de la cache à vérifier par mail et nous nous en chargerons ! Cela nous aiderait énormément ;-)

4 – La cache commerciale et la cache pour une cause

Je ne souhaite pas argumenter si ces causes sont correctes ou non. Tout le monde a une cause qui lui est chère. Les caches à propos des cancers du sein, des anciens combattants, des élevages d’animaux, Justin Bieber, ou encore l’avortement, sont toutes concernées. Parfois je partage vos convictions, parfois non. Mais notre jeu n’est pas l’endroit où il faut les mettre en avant.

Remarque : Certains se mettent en colère quand on leur indique que leur cache promeut une cause et que l’on leur demande d’enlever une partie de la description pour corriger cela. Généralement, cette colère démontre qu’il y a une cause soutenue par la cache. Pour la plupart des caches sans cause, la demande de modification d’une partie du texte ne provoque pas de telles colères.

The Publisher: De même, faire de la publicité n’est pas permis dans les descriptions des caches. Je suis persuadé que la bière de la micro-brasserie que vous souhaitez mettre en avant est très bonne, mais je ne peux pas publier ce type de cache.

3 – Se plaindre à propos des powertrails, des micros, etc.

Je n’approuve pas les caches, je les publie. Je n’ai pas à statuer que les powertrails sont cools, bien que j’aime les parcourir. Si vous les détestez, rendez-vous sur le forum Groundspeak et argumentez à ce propos. Merci de faire attention au planning fixé sur ces sujets de discussion :

  • Lundi : micros
  • Mardi : les reviewers sont nuls
  • Mercredi : powertrails
  • Jeudi : Groundspeak est nul
  • Vendredi : quelqu’un m’a supprimé mon log ou m’a volé mon TB
  • Samedi : libre à vous de choisir
  • Dimanche : remettre au goût du jour les caches virtuelles (ou challenge)

Si la cache est à côté d’une poubelle, n’allez pas la chercher. Si l’endroit est désagréable ou mal odorant, prenez vos jambes à votre cou ! Évitez les caches qui vous dérangent, je ne vous force pas à aller les chercher. Se plaindre ne résoudra rien du tout, surtout à moi !

2 – Parler de manière insultante

M’insulter de noms d’oiseaux ne m’encourage pas à vous apprécier. Il y a peu de chance que je prenne votre défense si vous avez été désagréable avec moi. Quand j’archive une cache, ce n’est pas par plaisir ou pour vous mettre en colère. C’est certainement parce qu’elle n’a pas été maintenue en bon état, qu’elle a été désactivée de manière prolongée ou autre.

Parfois quand j’archive des caches, je fais peut-être des erreurs. Un mail « gentil » peut me faire voir un aspect que j’avais négligé lors de l’archivage. En cas de mail insultant, je ne cherche pas à comprendre et passe au prochain mail.

1 – Seul au monde

Les reviewers ne font pas bénévolement leur travail parce qu’une personne est tellement géniale dans une zone qu’ils n’attendent qu’une chose : publier ses caches et uniquement ses caches.

Quand j’étudie une trentaine de caches, je les étudie séquentiellement, l’une après l’autre. Si je trouve un problème sur l’une d’elle, je la mets en attente et je dois retourner dessus à un moment ou un autre. Si je suis sur mon téléphone, j’attends de rentrer sur mon poste à la maison pour continuer. Si je suis pressé, je vais gérer les caches simples et rapides. Cela vide un peu la file d’attente et donne de la matière aux géocacheurs.

L’objectif est de faire un premier retour sur une cache dans les 72 heures. Certaines peuvent être publiées très rapidement, d’autres non. Si votre cache a un problème, je vous laisse une note et j’attends votre réponse. Il est inutile de venir se plaindre de manière continuelle, par téléphone, messagerie instantanée ou autre. Votre cache sera traitée le plus rapidement possible.

Il est possible que j’ai oublié votre cache. Un mail de rappel suffit, il n’est pas nécessaire de m’inonder.

The Publisher : Il fut un temps, le délai visé pour un premier examen d’une cache était officiellement 72 heures. Depuis l’écriture de cet article en 2011, nous avons constaté un nombre grandissant de publication de caches (un peu moins de 50 000 nouvelles caches en 2014, rien qu’en France). C’est pourquoi ce délai est maintenant de 7 jours, pour pouvoir étudier sereinement chaque cache.

a – Le reviewer est méchant, cynique

Les éléments de réflexion suivants (a et b) ne proviennent pas de l’article mentionné ci-dessus, mais de ma propre expérience depuis que je suis reviewer.

Mon rôle est de guider les poseurs dans le processus de publication de cache. Si votre cache est publiée, j’en suis le premier content. Dans le cas où votre cache pose problème, j’en suis le premier désolé.

Mon rôle est d’étudier votre proposition de cache et de regarder si elle satisfait les guidelines. Dans le cas où un élément ne convient pas, je vous l’indique et je vous demande de modifier votre cache. Je ne fais pas ça par plaisir mais parce qu’il est nécessaire de suivre les règles fixées. D’ailleurs, je n’ai pas fixé ces règles, ce n’est donc pas la peine d’essayer de marchander, ce n’est pas à moi qu’il faut s’adresser.

À bas l’image des reviewers méchants et cyniques qui adorent une seule chose : vous refuser la publication de vos caches ! Nous sommes gentils, si si ! En cas de problème, je n’en suis pas responsable, je ne fais qu’appliquer les règles établies ici : guidelines.

b – La mauvaise foi au rendez-vous

Dans le premier point du top 10, j’indiquais qu’on avait pu accuser les reviewers de tricher au sujet des mysteries. Dans ce point, je couvre l’inverse, quand le poseur triche quand il soumet sa cache.

C’est extrêmement rare, mais il m’est arrivé de mentionner à un poseur que l’une de ses caches pose problème, et qu’il refuse d’accéder à mes demandes. Je le rappelle, je ne suis pas là pour mettre des bâtons dans les roues et je ne suis pas là pour marchander (cf le point précédent). Outre les discussions interminables où le propriétaire ne daigne bouger le moindre orteil, ça se termine parfois quand il accède enfin à mes demandes, pour ensuite modifier la cache directement après publication.

Attention cependant, mon petit doigt me rapporte beaucoup de choses ! Il n’est pas nécessaire de tricher, il y a forcément une solution alternative pour votre cache, mais il est nécessaire de discuter pour la trouver. Se cabrer ne résoudra rien. Je le rappelle, nous sommes là pour publier des caches, pas les recaler.

Ce qui ne me dérange pas

Dans cette partie de l’article, l’utilisation du ‘je’ réfère à l’auteur de l’article original, à savoir Dick Nielson.

Dans les croyances populaires, des personnes pensent que je n’aime pas quand ils font telle ou telle chose. Généralement ce n’est pas le cas.

Faire appel à Groundspeak

Ça ne me dérange pas du tout. Ils font les règles, ils sont à même de les interpréter, voire les assouplir dans votre cas. Mais ce n’est pas à moi de le faire. S’ils décident que c’est OK pour votre cache, je serais le premier heureux pour votre cache. Quand j’indique aux gens de faire appel, la plupart du temps cela reste sans suite. Je pense qu’ils croient que je serais offensé par cela. Ce n’est pas le cas du tout.

Pour faire appel : https://support.groundspeak.com/index.php?pg=kb.page&id=476

Rappels

Je suis parti en vacances, absent pour le week-end, j’ai oublié de mettre votre cache dans ma « watchlist » et je ne suis pas averti de vos notes. Ça arrive ! Un petit mail ne me dérange pas et me permet de revenir sur votre cache. Attention tout de même, avec parcimonie, n’inondez pas ma boite mail !

Me faire remarquer mes erreurs

Nous sommes humains, nous faisons des erreurs. Parfois, une cache a un problème et je ne l’ai pas détecté. N’hésitez pas à me le signaler. Généralement il ne s’agit pas de grosses erreurs qui justifieraient un archivage, donc pas d’hésitation !

Conclusion

Back to me ! J’ai terminé la phase de traduction, je propose une conclusion personnelle dans cette partie.

Les points explicités au dessus, traduits de l’article de Dick Nielson sont intéressants. Je n’ai pas expérimenté l’ensemble des points cités ci-dessus, mon expérience du reviewing est encore assez récente. Pour le moment, mon expérience a été agréable et je tiens à vous en remercier pour cela !

Voici les quelques points à retenir de cet article :

  • Les reviewers restent des bénévoles ! Ils font ça par plaisir et surtout pour la communauté. Soyez raisonnables dans vos demandes et donnez leur le temps de traiter la publication de vos caches.
  • Nous sommes humains, nous faisons des erreurs et nous sommes prêts à en discuter. Nous restons courtois dans nos échanges, faites de même !
  • Nous ne prenons aucun plaisir à vous dire non. Si cela arrive, discutez avec nous pour que nous trouvions ensemble une solution. Nous sommes là pour vous aider dans le processus de publication de cache. Notre objectif est de publier votre cache, pas la refuser.
  • Notre rôle est d’appliquer les règles. Parfois cela peut vous paraître un peu trop procédurier, mais nous sommes mandatés pour faire cela. N’hésitez pas à nous envoyer un mail pour savoir si votre idée de cache est réalisable !

En cas d’interrogation, n’hésitez pas à nous contacter. Nous sommes là pour ça !

 Voir aussi : Interview de Konaitusa 1ère partie et 2ème partie, interview de Kuzhadwelet

Interview de Surfoo


France Geocaching

Nouveau : Atelier de résolution de mysteries ARCHIVEES !

Il y a quelques mois, vous avez dû être, le temps d’un week-end, spammés par mail, forum ou Facebook interposé, de la part de géocacheurs vous demandant de rejoindre leur « réseau »… L’origine étant une géocache collaborative de type viral, Geocaching Connection, créée par Surfoo… On a retrouvé le coupable ;-)

Surfoo, une petite présentation ?

J’ai découvert le géocaching en 2007 grâce à un collègue (Axey, si tu me lis :-) ) mais ne suis actif que depuis avril 2010. Et je ne me suis pas arrêté depuis ! Je partage le géocaching avec entre autre le développement web pour le boulot et les projets persos. D’ailleurs, certains ont pu se frotter à quelques unes de mes mysteries dans ce domaine. Attention, il se pourrait que quelques termes techniques se glissent dans la suite de l’interview, vous êtes prévenus !

Comment t’es venue l’idée de Geocaching Connection ?

Après la #1 et la #2 où le nombre de participants augmente un peu, je cherchais une autre idée qui impliquerait encore plus de monde. Et je voulais apprendre quelque chose de plus dans la réalisation technique, du coup il fallait combiner les deux et ce n’est pas facile. Dans l’idée du jeu, je trouvais intéressant le côté collaboratif et injuste du système pyramidal, de voir comment allait réagir la communauté. Entre l’idée et la publication, il s’est écoulé plusieurs mois avec des périodes de remises en question ou de pause dans le développement car ça ne me convenait pas.

T’attendais-tu à un tel déferlement ?

Non absolument pas ! Je savais pertinemment que ça ferait un peu de bruit mais pas autant que ça. J’avais pensé que beaucoup passeraient par email, de contacter leurs connaissances directement, mais les réseaux sociaux et les forums ont pris de plus en plus d’importance ces dernières années et la majorité des géocacheurs sont passé par ces deux moyens. Mais pas sûr que ça soit le meilleur moyen de faire le FTF, le premier réseau est passé par email au début.
Heureusement, le bruit s’est vite calmé au bout de trois jours, pas sûr que certains l’aient supporté plus longtemps :-)

A ce jour, combien de réseaux ont complété leurs 100 membres ?

Il y a actuellement 13 réseaux de plus de 100 membres, dont 6 têtes de réseaux. D’ailleurs le réseau peut continuer au delà de 100 membres pour permettre à chacun de réaliser son propre réseau s’il le souhaite. Mais je n’ai eu connaissance que d’une seule personne qui l’ai fait volontairement à ce jour, bravo Zoumba !

Petite exclu pour le blog, une vue approximative de tous les réseaux existants à cet instant :

geocaching connection

Et techniquement, c’est codé comment ?

Pour faire court et pour les curieux, tout est ici : https://github.com/Surfoo/gc5d0pj
Eh oui, tout le code est disponible librement sous licence open source. Ce qui veut dire que chacun d’entre vous a accès au code source, peut le lire, le modifier ou l’exécuter. Je suis très attaché aux valeurs du logiciel libre, tout ce que je code est partagé librement afin que ça puisse profiter à tous.

Concernant les technos utilisées, c’est très standard dans le développement web, PHP, Javascript et une base de données MySQL. Un peu plus haut j’écrivais que je voulais apprendre quelque chose de technique dans la réalisation, ici c’était sur le stockage hiérarchique dans un arbre de données. Il fallait trouver le bon algorithme afin d’être rapide à lire les données correctement, mais aussi à les écrire et les supprimer. Autant dire que ce n’est pas évident à mettre en place, mais pas de soucis, d’autres ont résolu le problème bien avant moi. J’ai quand même implémenté un des algorithmes entièrement avant de me rendre compte qu’avec plus de monde, j’aurais pu sacrément ralentir le serveur.

D’ailleurs, petit défi que je lance à l’occasion : A la première personne qui me donne le bon algorithme utilisé (2 mots), je lui offre un déjeuner un midi sur Paris !

Une autre cache collaborative qui a rassemblé beaucoup d’équipes de déminage, c’est Alerte à la bombe ! Elle a l’air de bien plaire, aussi ?

2 ans depuis quelques jours déjà ! Hé oui, elle plaît toujours même si c’est beaucoup plus calme qu’au début mais c’est normal, beaucoup de joueurs locaux l’ont déjà loguée. Mais il y a toujours un petit noyau de joueurs quotidiens qui viennent rechercher la bombe, c’est toujours sympa.

Alerte à la bombe

Tu es un des rares français à utiliser l’API officielle de Groundspeak, explique un peu…

L’API permet de discuter avec geocaching.com et de récupérer de nombreuses données, GSAK en est le parfait exemple. L’accès se fait par demande motivée à Groundspeak en présentant son projet, à eux d’accepter ou non. J’ai présenté mon idée de jeu collaboratif, et j’ai un accès depuis fin 2012. Depuis, ça me permet d’avoir un système d’identification des joueurs, car Groundspeak interdit les géocaches où il faut s’inscrire obligatoirement. Avec l’API, le problème est résolue !

D’ailleurs avec mon accès à l’API, j’ai développé la première librairie en PHP pour l’utiliser. Elle est évidemment disponible en open source et utilisée par plusieurs développeurs actuellement.

Responsable du développement à Groundspeak, ça t’intéresse ? ;-)

Absolument pas, c’est CEO ou rien ! Bon blague à part, non pas du tout. Ils utilisent des technologies Microsoft et ça ne me correspond pas du tout, ce n’est pas vraiment open source tout ça. Par contre j’aurais bien des choses à leur faire remonter au sujet de l’API : Le manque de documentation et d’informations sur les mises à jour, mettre à jour le système d’authentification, avoir plus de possibilités techniquement… Mais pas sûr que les choses changent rapidement, je pense que l’équipe marketing a pris le dessus chez Groundspeak.

Tu es fan de Wherigo également, 2 cartouches appréciées l’évasion impossible et Jeu de l’oie, d’où t’es venue l’idée ?

Oui mes 2 seules pour le moment, et j’en suis assez content. Elles ont toujours été appréciées, donc j’ai atteint le but que je m’étais fixé. Pour le jeu de l’oie, j’ai tout de suite vu le potentiel de ce jeu avec les arrondissements parisiens, c’était parfait. J’avais le lieu, le jeu, un peu d’ajout de culture générale et voilà ! Pour l’évasion impossible, je ne peux pas en parler, sinon tout le monde va s’échapper après ;-)

Petit bémol chez Groundspeak quand même, l’émulateur Garmin et le site ne sont plus développés, c’est de l’abandon pur et simple (j’ai parlé des waymarks aussi ?). Heureusement, des géocacheurs motivés lancent des initiatives pour relancer tout ça (un autre site, des tutoriels, etc.), c’est très bien et c’est ce qu’il faut ! À quand le client Garmin en open source ?



En tant que joueur, quelles sont les caches que tu as trouvées les plus originales ?

Pas facile de lister les caches qui m’ont plu, et je risque surtout d’en oublier et de vexer quelques personnes. Vous pouvez aussi vous référer à ma liste de caches favorites :)
J’adore les earthcaches même si je n’en fais pas beaucoup, découvrir des particularités géologiques pas forcément visible de tous. Les caches camouflées, c’est toujours chouettes à découvrir. je manque de compétences dans ce domaine, mais je vais tenter d’en faire plus dans les mois qui viennent. Les T5 où il faut grimper, descendre, faire du bateau, aller dans des grottes ou sous l’eau. J’adore, et j’ai vraiment passé des bons moments avec les géocacheurs présents. Pour les mysteries, j’aime bien quand l’owner veut nous faire découvrir quelque chose d’intéressant, qui soit sympa à résoudre, et qui soit logique (bien que chacun peut avoir la sienne…)

Et celles que tu n’aimes pas ?

Une des pires que j’ai fait, c’était une boite d’allumette, complètement humide bien sûr. Sinon il y a aussi les coins crades où il n’y a rien à voir, heureusement que ce n’est pas souvent.

gpx viewer

Également Georoadbook, j’en avais déjà parlé ici, tu nous résumes ?

Je suis parti du simple constat que beaucoup de géocacheurs passaient énormément, mais vraiment, à faire un roadbook. C’est évidement tout à leur honneur de fournir un roadbook de qualité, et toujours agréable à avoir en main le jour d’un event.

Mais avec les différents poseurs, il faut récupérer toutes les infos (certains ne sont pas forcément à l’aise avec le matériel informatique), les mettre en page, les modifier suite à des changements ultérieurs, c’est beaucoup de copier/coller, de source d’erreurs et donc de perte de temps. C’est ingrat et rébarbatif, et je pense vraiment qu’on préfère tous passer du temps à créer et poser les caches que passer des heures de bidouilles pour un roadbook. Je n’ai pas encore créé de roadbook, mais je l’ai vu auprès d’autres géocacheurs et il fallait vraiment trouver une solution.

Du coup j’ai réfléchi très fort (ça fait mal, attention) et étant dans l’informatique, je n’aime pas réinventer la roue et j’aime surtout les automatismes ! Les données utiles sont toutes présentes dans les fichiers GPX, c’est exactement ce qu’il me fallait. Après beaucoup de lignes de code et plusieurs semaines passées, Georoadbook était là ! L’application vous fournit une base de travail pour votre roadbook, n’hésitez surtout pas à le modifier et améliorer la présentation pour vos events, l’outil d’édition est là à cet effet.

Depuis la sortie, beaucoup de roadbooks ont été crées (mais je n’ai aucune stats), dont celui du Mega Event Marne & Gondoire !

georoadbook

D’autres projets en préparation ?

Pas mal d’idées en stock effectivement, que ça soit pour des tradis ou mysteries. Si on me donne des journées de 48h j’arriverai sans doute à tout faire. En attendant, je prends mon temps pour faire les choses correctement et c’est peut-être pas plus mal comme ça.

J’ai tendance à préférer la qualité à la quantité, ce qui prend beaucoup de temps et me fait remettre des idées à plus tard tant que ça ne me plaît pas. Il y a une citation que j’aime bien : « Les détails font la perfection, et la perfection n’est pas un détail. » de Léonard de Vinci. Je ne dit que pas que ce je fais est parfait, loin de là, mais j’essaie de m’y approcher le plus possible.

J’ai un gros projet en cours de refonte qui nécessite plus qu’un développeur ici. Alors je vais faire un appel ici, peut être que ça pourrait fonctionner ! Je fais du dév, mais question design je suis loin d’avoir le niveau. Alors si vous êtes vous-même, ou une connaissance, graphiste web qui a des connaissances en responsive design, I need you! Contactez moi, et je vous parlerai du projet :-)

En parallèle, j’essaie de contribuer à quelques projets que j’utilise :c:geo (signalements de bugs, améliorations à apporter), Project-GC (un peu de traduction, script greasemonkey), et divers projets que j’utilise de temps en temps. Je profite de mes améliorations, vous aussi, et c’est bien !

Quels outils aimerais-tu bien voir aussi évoluer ?

Je vous ai parlé de l’API ? des Wherigo ? Des données complémentaires dans le contenu des GPX. Un sujet a été lancé il y a quelques mois par Groundspeak sur leur forum, je suis en attente de voir le résultat. Ça permettrait entre autre d’avoir la liste des images dans le GPX, et je pourrais enfin jeter spoiler4gpx qui a été créé pour pallier ce besoin. Un nouveau design plus sympa pour Géoroadbook aussi.

Merci Surfoo ! Vous l’aurez compris, c’est quelqu’un qui donne beaucoup de temps à la communauté des géocacheurs, alors rendons-lui la pareille en allant chercher ses caches…

Voir aussi : Interviews de Garenkreiz, Samuel développeur c:geo, reviewing avec Konaitusa.

Rando-caching dans le Var


France GeocachingNouveau : Atelier de résolution de mysteries ARCHIVEES !

Ce petit blog est toujours à votre disposition pour accueillir vos propres articles sur les sujets liés au géocaching que vous souhaitez mettre en valeur : géocaches à ne pas rater, outils, sites, géocacheurs…

Voici quelques caches et spots découverts dans le Var près du Lavandou il  y a deux semaines, et que je voulais mettre en valeur: paysages sublimes ou caches ingénieuses ou les deux, il y en a pour tous les goûts !

Les Barres de Cuers

C’est une belle randonnée et une série de Lyric83 injustement peu fréquentée (même si elle est premium) alors que l’ascension n’est pas si difficile, et les points de vue sur la région vraiment intéressants.

 

Port-Cros

A Port-Cros comme ailleurs dans le Var, les points de vue de l’île regorgent de caches de Papounet 83 Quelques rencontres torrides…

 Presqu’île d’Hyères

Le sentier côtier de la presqu’île permet de découvrir une magnifique côté déchiquetée, quelques îlots et les caches d’Elia’s, toujours très bien situées le plus souvent travaillées et bricolées !

Par exemple, la earthcache de l’arch’itecte de l’île ou la descente aux Enfers

Un des deux Tombolos de la presqu’île, illustrés par le point de vue d’une earthcache de Ticaribou…

Ne ratez pas non plus la wherigo Olbius Riquier à Hyères qui est vraiment très ludique, avec des personnages, des interactions, des images…

Cavalaire

La aussi, une bonne rando à faire sur les hauteurs de Cavalaire, agrémentée par d’autres caches d’Elia’s et quelques Verturinades marrantes comme le Randonneur Fou.

Le port de Cavalaire, son ancre et sa cache…

Porquerolles

Une île à découvrir à pied ou en VTT (nécessaire pour boucler le tour dans la journée) avec là encore des caches de Papounet83 à chaque coin intéressant, panorama, calanque, phare, fort…

 Route des Crêtes

Une chouette série des Sylberfil au dessus du Lavandou avec vue sur la mer et des caches superbes qui donnent parfois du fil à retordre, comme la Sournoise… je n’ai pas pu la faire entièrement, mais ce n’est que partie remise !

Bon géocaching à tous…

Voir aussi : Rando-caching en Bouches-du-Rhône, dans le Queyras, autour de Briançon.