Opencaching, géocaching non-commercial

France Geocaching

Le réseau OpenCaching est un ensemble de plusieurs sites nationaux de géocaching gratuits, open-source et non affiliés à Groundspeak. Ces sites ne sont pas forcément très développés, mais cela vaut le coup de s’y intéresser pour les géocacheurs ne souhaitant pas être liés à une société commerciale.

Ne pas confondre avec le défunt opencaching.com de Garmin qui avait été créé pour faire concurrence après l’échec des négociations de rachat de Groundspeak par Garmin.

J’ai essayé de faire le tour des avantages et inconvénients, symbolisés par les + et – en tête des chapitres, à vous de vous faire votre avis !

+ Géocaching gratuit

Ces sites reposent principalement sur des donations Paypal et la contribution de bénévoles, dont les développeurs du site web. Pas d’abonnement premium, pas de caches premium donc, les fichiers GPX sont accessibles par tous, ainsi que l’équivalent des favoris (appelés « recommandations »). Les objets voyageurs gérés sont les Geokretys (geokrety.org), qui sont des objets gratuits.

Néanmoins, le modèle basé sur le bénévolat et les donations est forcément plus fragile et moins pérenne, même si la communauté géocaching compte de nombreux membres. Il semble aussi manquer quelques fonctions, comme les notifications de publications.

+ Géocaching non-commercial

Pour les géocacheurs allergiques aux sociétés commerciales, à la publicité et aux géo-tours, ces sites sont gérés bénévolement. Pas de produits dérivés, pas de logique commerciale, pas d’interdiction de citer des sites concurrents, juste des contributeurs qui viennent chacun apporter leur pierre à l’édifice.

+ Site open-source

Le site web de développement duquel dérivent les différents sites est accessible par tous, et sous licence Creative Commons BY-BC-ND 3.0 DE. Le code source est visible et développé collaborativement sur un espace « github » https://github.com/opencaching où chacun peut contribuer, proposer des améliorations et signaler des bugs.

Opencache

+ Applications et API publique

OpenCaching ne développe pas ses propres applis sur smartphone, mais fournit une API (interface) publique permettant à des applications comme c:geo de s’y connecter de la même façon qu’à geocaching.com : Exemple, pour c:geo dans Menu principal -> Services -> opencaching.de ou uk, etc. Quelques autres applis compatibles, Colombus sur Android, Geocaching Buddy sur Iphone et bientôt Looking4Cache, Geocaching Plus sur Windows Phone…

De plus, les fichiers GPX créés sur le site ont le même format que geocaching.com et peuvent être importés à priori dans n’importe quelle appli.

+/- Types de caches différents

Les types d’opencaches sont un peu différents : en commun, tradis, multi-caches, mysteries ( appelées quiz ou puzzle sur opencaching), et event. On peut aussi créer 2 types de caches, contrairement à geocaching.com, les Virtuelles et les Webcams, ainsi que des « Unknown » pour celles qui ne rentrent dans aucun type existant.

Par contre, pas de letterbox, pas de wherigo, pas d’earthcaches, pas de lab-caches. Mais il semble qu’on puisse en créer tout de même en utilisant le type Unknown, ou Virtuelle pour une Earthcache par exemple.

En fonction des pays, sont implémentés certains autres types : Le type « drive-in » pour des caches près d’un parking, des mystery caches particulières appelées « math or physics », des caches en mouvement « moving geocaches » à l’instar des anciennes « travelling geocaches ». Voir la liste ici https://wiki.opencaching.eu/index.php/Cache_types

Opencaching Berlin

– Pas de reviewer et peu de règles

 Certains seraient contents d’un géocaching sans reviewers, mais je pense que leur rôle de réguler les publications, faire de la pédagogie, et de procéder aux désactivations et archivages est important pour la qualité des géocaches. Sur OpenCaching, il existe seulement un bouton pour « signaler » une opencache si elle a un problème, et des logs spéciaux « temporarily unavailable », « archived » et « ready to be found/for search« . Je n’ai pas vu non plus de règles détaillées, comme par exemple celle des 161m, même s’il existe des règles basiques (http://www.opencaching.fr/articles.php?page=impressum#tos). Il y a parfois trop de contraintes sur geocaching.com, mais quelques-unes sont vraiment du bon sens…

– Peu d’opencaches et peu d’opencacheurs

Quelques dizaines de milliers d’opencaches en Allemagne, un millier en Grande-Gretagne, moins d’une centaine en France. Quasi-inconnu, terrain monopolisé par geocaching.com… Le gros point noir ! Mais si le mouvement se développe un peu, que de plus en plus de géocacheurs sont mécontents de Groundspeak ou veulent juste retrouver un géocaching moins démocratisé avec les excès que cela entraîne, on peut arriver à une base de caches intéressante.

+/- Un site par pays ou groupe de pays

Plutôt positif pour gérer ces sites à taille humaine, et ne nécessitant pas des ressources serveurs importantes. Plutôt négatif toutefois, car il faut aller sur chaque site pour obtenir les caches d’un pays. Aujourd’hui, il existe des sites (« noeuds ») pour l’Allemagne, Pologne, République Tchèque, Royaume-Uni, Benelux, Roumanie, Amérique du Nord. Chaque « noeud » couvre plus ou moins de pays : Exemple, le site allemand couvre plusieurs pays dont la France sous opencaching.fr, étant donné qu’il n’y a pas de site français spécifique.

Voila pour un aperçu du réseau OpenCaching, à vous de vous faire un avis ! Personnellement, je ne suis pas un anti-Groundspeak primaire, le fait que ce soit une société commerciale américaine ne me dérange pas. Maintenant, si l’abonnement premium augmentait drastiquement ou que les aspects business prenaient trop le pas, il serait important que notre jeu ne soit pas monopolisé, notamment parce que les caches nous appartiennent et que geocaching.com n’est rien de plus qu’une base de données.

Qu’en pensez-vous ?

Liens :

Voir aussi : Interviews de reviewers, Konaitusa 1ère partie et 2ème partie et Kuzhadwelet.

Publicités

11 réflexions sur “Opencaching, géocaching non-commercial

  1. Salut Tof,
    J’ai été jeter un oeil, en effet c’est balbutiant, de plus une majorité des caches sont aussi sur geocaching.com , par contre pour les chasseur de FTF il y a encore de la matière, mais il va falloir faire du kilomètres.
    Et puis pas de règles, pas de controle, si ca prend de l’ampleur, ca va être un beau bordel, j’en ai peur.
    Bref, pas envie pour le moment de trop m’intéresser à l’open,
    Merci pour l’article, il fallait le faire dans tout les cas.

    • Salut Eric, comment va ?

      Oui, les caches sont souvent en doublon de geocaching.com, parce que trop peu de joueurs pour le moment. Sur les règles et le contrôle, je pense qu’il n’y en avait pas non plus beaucoup au début de Groundspeak, et que le peu de poseurs faisait aussi qu’il y avait peu d’abus. Je crois comprendre quand même qu’en Allemagne, l’équipe de bénévoles peut intervenir comme nos reviewers, s’il y a un problème. Et il y a quand même quelques règles basiques, ici par exemple http://www.opencaching.fr/articles.php?page=impressum#tos, ce n’est peut-être pas assez clair dans l’article, je vais l’ajouter.

  2. Aucun site ne rivalise avec geocaching.com. Souvent imité, jamais égalé. D’ailleurs Garmin, après son échec, est revenu à de meilleurs sentiments avec ce que Grounspeak vient d’annoncer à ses membres premium au niveau des listes interfacables en bloque sous forme de fichiers gpx……

    • Oui c’est vrai, pour le moment, les sites Opencaching sont un peu plus austères. Mais geocaching.com est loin d’être un modèle de développement et certaines pages sont encore rudimentaires après des années de fonctionnement (la page des alertes par exemple, impossible de créer une notification pour plusieurs types de caches).
      Et je ne suis pas certain que Garmin soit revenu à de meilleurs sentiments, au vu de la suppression des wherigo sur leurs derniers modèles. Mais c’est un autre domaine dans lequel GS n’investit plus 😦

  3. Peu de caches car peu de « open cacheurs/poseurs » … pas ou peu de règles … vive l’anarchie auto régulée semble t’il ! J’aime bien le concept et si j’atais à la retraite je pense que j’y participerais activement … Mais je ne suis pas à la retraite et encore très très loin de pouvoir prétendre à y avoir le droit … Tant pis pour opencaching !

  4. Bonjour,
    Quand vous dites « les caches sont souvent en doublon de geocaching.com » ça veut dire qu’il y a une deuxième boite comme pour les cistes qu’on rencontre régulièrement ou qu’une seule boite regroupe opencaching et geocaching ? Un seul logbook ou 2 logbooks ?
    En France, on se retrouve vraiment limité en caches à trouver !.. Ce qui donne un potentiel certain en pose.

    • Salut Stéphane, je voulais dire qu’il y a une seule boite, mais que l’owner a créé la page web de la cache sur les 2 sites. Maintenant, OpenCaching préfère plutôt des caches originales et non déclarées en double, elles sont alors taguées « OConly ».
      Et oui, comme au début du géocaching, les pionniers ont commencé d’abord par poser 🙂

  5. J’avais découvert ces sites via la découverte de Geokretys dans une geocache (je crois en Republique tchèque). J’avais découvert ce monde parallèle. Mais, comme aujourd’hui, que la force de Groundspeak, est que cette société réunie dans un même site les caches de tous les pays et a un nombre (voir trop grand maintenant) de caches, qui sont justement régulées par les reviewers (qui doivent passer un temp fous à supprimer les caches non maintenues. Merci à eux au passage.

    Donc je ne pense pas qu’il y aura un grand futur à l’opencaching, qui risque de mourrir soit par manque de bénévoles et réduction de caches, ou s’étouffer par une trop forte croissance (difficile de s’appuyer que sur le bénévolat). Peut-être est ce dommage, car la pluralité des sites permet l’équilibre, et aujourd’hui Groundspeak a le monopole, c’est sûr. Mais bon, pour l’instant ils ne poussent pas trop, je trouve. Donc je ne suis (de suivre) que Groundspeak.

    • Oui, tant que Groundspeak ne pousse pas trop, ça va… mais par exemple en Allemagne, l’OpenCaching a déjà un certain poids avec des dizaines de milliers de caches, Groundspeak ne peut pas ignorer ce phénomène dans le pays le plus actif au monde.

  6. Merci pour cet article, Tof ! J’avais une question au sujet de la possibilité de mettre nos caches GC sur OpenCaching mais si je comprends bien ce qui est dit ci-dessus, c’est tout-à-fait possible. Y a-t-il un outil qui permet de simplifier cette « copie » ?

    • Salut Andras !

      Oui, il est possible de copier nos cache de GC vers OC. Jusqu’ici, je n’ai pas vu d’outil de recopie… Dans la page d’une OpenCache, on peut préciser le code GC, mais je n’ai pas encore testé si ça recopiait quelque chose. Dès que j’ai un peu de temps, je m’y colle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s